PROF PARTICULIER : DÉSORMAIS UN VRAI MÉTIER

L’activité de précepteur ne date pas d’hier puisque Ulysse avait déjà engagé un professeur pour donner des cours particuliers à son fils Télémaque. En effet, les nobles ou les riches engagent autrefois un professeur pour plusieurs années.

Le métier de percepteur change de visage

Pendant plus d’un demi-siècle, le visage du métier de précepteur change. Les enseignants qui donnent des cours particuliers ne vivent plus de cette activité avec le développement de l’école publique et la naissance d’une société qui prône l’égalité d’accès à l’éducation. Les parents qui souhaitent faire suivre à leurs enfants des cours particuliers devraient alors se tourner vers des enseignants titulaires d’établissements publics ou des étudiants en École Normale.

Vers la professionnalisation des cours particuliers

Le métier de professeur particulier sous sa forme actuelle apparait en France vers la seconde moitié des années 1990. La création du chèque emploi service y est pour quelque chose. En effet, ce dispositif de paiement permet aux professionnels du soutien scolaire privé de se faire payé par les familles dans lesquelles ils interviennent tout en bénéficiant d’une couverture sociale.

Depuis, de plus en plus de personnes se sont lancées dans cette profession naissante à titre professionnel. Certaines d’entre elles ont même fini par créer des enseignes spécialisées pour répondre à la demande croissante.

Une loi vient fragiliser le statut de professeur particulier

En France, la loi de Finances du 3 décembre 2012 qui est en application le 1er janvier 2013 a bouleversé le monde de la prestation des cours particuliers. Cette nouvelle loi exige une meilleure couverture sociale à destination des professeurs particuliers en augmentant les charges sociales que doivent verser les particuliers employeurs. Ce qui ne risque pas d’aider ces petits employeurs en ce temps de crise. La plupart d’entre eux ont choisi les cours au noir. Les professeurs qui sont dans la légalité ont depuis vu le nombre de leurs élèves diminuer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *